Chez Kti

Ici on est cozy, au chaud de notre ordi et on parle de tout.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Faire crisser la planche

Aller en bas 
AuteurMessage
PM



Messages : 198
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Faire crisser la planche   Lun 20 Aoû - 2:00

Mes sports nautiques :

La Nouvelle Calédonie, oui c’est exotique. C’est loin de la France. Difficile de s’éloigner plus. Cependant, je pense que je ne pourrais pas y vivre définitivement. C’est trop petit et la culture du Pacifique, bof !
Le soir je me fais chier. Les jours augmentent. Oui, le soleil se couche 5h40 : Super ! lol.

Il y a quand même un truc bien, c’est la mer. On peut s’y baigner toute l’année.
Au cœur de l’hiver je me suis baigné, alors que les plages de Nouméa étaient désertes.
22°C : trop froid pour les locaux qui préfèrent le vélo ou la marche en cette saison.

Ma progression en kite-surf étant lente, et les alizés faibles pour bien progresser, je compense avec la planche à voile.

J’avais commencé la planche en 1978. A cette époque, j’étais à Salon de Provence.
Avec mes potes de promotion, on allait faire de la planche. J’ai commencé sur l’étang de Berre et sur le Lac d’Entressens (un lac à proximité de la décharge publique de Marseille à ciel ouvert).

Qu’est-ce ça été dur ! A l’époque le sport était tout nouveau . C’est un de mes potes fana de voile qui m’avait convaincu qu’il fallait essayer. Il n’y avait pas de cours, pas de profs.
Quelle plaie !
Vent faible : je ne comprenais rien la planche tournicotait et la planche dérivait.
Vent fort : je ne restais pas 2 secondes avec le mât debout.
Après 2 jours à remonter la voile pour me casser la gueule, j’ai failli jeter l’éponge.

Puis un petit force 2 avait fait avancer la planche dans une direction compréhensible.
Je ne me suis alors plus arrêté. Un mois après, je faisais la traversée entre Marseille et le château d’If.
Puis j’ai acheté une planche. J’aimais les longues traversées. Plus trad dans l’Atlantique, j’ai fait l’île d’Oléron l’Ile d’Aix avec escale à Fort Boyard avant que cette forteresse ne devienne le théatre de cette émission débilitante où s’excitent des abrutis tant devant leur poste que dans le poste.
En Manche, dans les eaux glacées (les plus proches de Paris), je me suis fait quelques plaisirs au grand damn de ma femme qui s’emmerdait sur les plages à galets.
La planche à voile, c’était son enfer !

J’ai voulu continuer mais ma femme était vraiment réfractaire à ce sport, même en Tunisie au Club Med. J’ai néanmoins réussi à la convaincre à faire du catamaran.
Donc à la mer, c’était catamaran mais ma femme me demandait toujours d’écourter les séances car elle grelotait de froid, même avec une combinaison néoprène de 5 mm.
Personnellement, la traversée de la baie de Saint-Brieuc à Pâques, entre Pléneuf Val André et Saint-Quai ne me pose aucun problème. Froid, moi jamais.

Il y a 10 ans, j’avais voulu remonter sur une planche, quand ma lombalgie s’est réveillée. Super déçu, je suis revenu à la voile. 40 ans et déjà vieux !

La pratique intensive du roller a renforcé ma ceinture abdominale, et ici, à Nouméa, la planche ne me pose plus aucun problème.

Il y a deux mois, j’ai réessayé. J’ai choisi un flotteur court mais assez large, sans dérive.
Le vent était de 10 nœuds, j’avais retrouvé quelques bons réflexes. Mais la voile ne faisait que 4,50 m2 (je ne voulais pas trop de voilure pour ne pas me dégoûter tout de suite).
Bilan, je n’ai pas arrêté de dériver et j’ai abandonné le matériel dans la baie voisine sous le vent. La honte. Je suis vraiment passé pour un guignol.

Il y a 5 semaines j’ai redemandé une voile de 5 ,20 m alors que le vent soufflait à 15 nœuds. Ce coup là, je n’ai pas dérivé mais je foirais tous mes virements de bord.
J’étais super crispé et maladroit. Le loueur de planche était quand même heureux de me retrouver après 1 heure de planche à l’endroit d’où j’étais parti.
La première fois, je luis avais dit : « La planche et Baie des Citrons et j’en ai marre ».

Je m’y suis remis calmement les samedis et dimanches suivants.
Je retrouvais mes sensations mais je pestais de voir tous les petits jeunes me doubler et aller deux fois plus vite que moi (il y a un super niveau de planche à Nouméa). Les virements de bords étaient toujours aussi laborieux mais sur les longs bords j’étais bien calé dans mon harnais et maintenait mon cap tant bien que mal.

Aujourd’hui, j’ai retrouvé toutes mes sensations. Les alizés soufflaient bien :15 nœuds avec des rafales à 20.
J’ai eu l’audace de demander une 5,90. Je n’ai pas regretté. Bien que je me sois fait catapulter plusieurs fois, j’ai pris des risées fabuleuses.

En fait, en deça d’une vitesse, le flotteur a trop de tirant d’eau et la planche ne « décolle » pas de la flotte. Les autres véliplanchistes experts semblaient voler alors que moi, j’avais l’impression de barrer une péniche à voile. lol
Le vent forcissant en fin de journée, j’ai senti une différence notable. La planche avait fini par déjauger ( sortir de l’eau) . Elle s’est mise alors à ricocher de vague en vague, avec ce bruit caractéristique du polystyrène sur l’eau.
Là il faut partir sur l’arrière et compenser en reculant les mains au maximum sur le wish-bone avec le risque que la main avant ne puis pas être assez forte pour permettre à la main arrière de choquer la voile.
J’ai glissé un pied dans un bootstrap. La planche semblait vouloir partir toute seule.

J’ai mis le deuxième pied dans le 2ème bootstrap. La voile était à la limite arrière dans laquelle je pouvais la maintenir. Je me suis alors bien couché dans mon harnais, et là j’ai jubilé. Une Ferrari. J’avais réussi à me mettre au planning (la planche n’a plus de tirant d’eau : c’est devenu un « foil »). La planche vibrait, chantait. Quel panard !

Alors que, 10 mn auparavant, je voulais que ce soit mon dernier bord, j’ai changé d’avis. C’était trop bon de mettre la planche au planning.
J’ai tiré une dizaine d’autres bords de 500 mètres dans les rafales à 20 nœuds. Je me suis pris quelques nouvelles gamelles mais cela ne m’a pas arrêté.
NB : Le harnais permet de soulager les bras mais il présente un certain danger. Lorsqu’on perd le contrôle, la voile nous projette sur l’avant. Je me suis trouvé 3 fois catapulté alors que la boucle de mon harnais restait accrochée. On se retouve souvent sous la voile. Il faut garder son calme, bien qu’on ne puise pas respirer. On se dit qu’on peut bien rester 40 secondes sous l’eau. Il faut se décrocher, répérer la position de la voile dans l’eau et on nage paisiblement jusqu’à refaire surface.

J’ai encore les vibrations de la planche sous mes pieds et le crissement du polystyrène dans mes oreilles.
Le week-end prochain, après ma séance de Kite-surf j’y retourne c’est sûr.
Et pas de voile au-dessous de 5,90m, hein ?
Pour info il y a des voiles à 8,00 mais insortables avec des vents de plus de 15 nœuds.
La planche à voile et le matériel doté d’une voile le plus rapide.
Et la mécanique des fluides prévoit qu’un engin tracté par une voile puisse aller plus vite que le vent.
Je crois que le record de vitesse en planche et de presque 40 kts (70 km/h) avec des vents de 30 noeuds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Faire crisser la planche   Lun 20 Aoû - 14:19

Tu dois bien t'amuser...

J'ai essayé d'apprendre la planche à voile, en Corse, en juin (Libetch +++) et j'ai connu les mêmes déboires que toi les premiers jours. Je tombais tout le temps et mon principal sport était de remonter.

Mon mec de 21 ans (j'en avais 19) était franchement doué, c'est lui qui m'y a mise. Mais le blem, c'est que je me raclais tout le corps avec le polystyrène rapeux.

Et comme j'étais coquette, je voilais seins nus en mini bikini : la nuit, mon mec ne pouvait plus me toucher.
J'ai fini par abandonner. Je n'ai jamais reessayé.

Les deux seuls sports que j'exerce sont la natation en piscine (y'en a une olympique à 5 mn de chez moi) et la danse (dans un club de Salsa à côté de la piscine, ou chez moi, devant la télé, avec un casque sans fil pour pas déranger les voisins).

Mais ce que je préfère comme sport, c'est tout de même faire l'amour. La nuit avant de dormir et le matin au réveil.
Ca muscle doucement. Ca détend. Mes cheveux bouclent joliment car je transpire et mon visage reste lisse 24/24.



PS pour les lombalgies : As-tu essayé de changer de matelas ? Je t'en parle car j'ai connu le cas. Y'a deux ans, je me suis mise à souffrir atrocement du dos, des lombaires, un enfer.
J'ai cru que je nageais trop, la brasse, tête hors de l'eau, très cambrée, dix longueurs en 20 mn... J'ai arrêté la natation mais les douleurs persistaient. Elles étaient épouvantables le matin, puis se calmaient dans la journée.
J'ai fini par comprendre que mon matelas, neuf, était trop dur (très cher, ressorts ensachés : 500 euros).
J'en ai acheté un autre plus souple, en mousse, bon marché, un Dunlopillo à 169 euros.
En moins de trois nuits, mes douleurs lombaires avaient disparu !!!

Je n'ai plus jamais eu mal au dos (ça fait un an).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
PM



Messages : 198
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Faire crisser la planche   Mar 21 Aoû - 5:29

Admin a écrit:
Tu dois bien t'amuser...

J'ai essayé d'apprendre la planche à voile, en Corse, en juin (Libetch +++) et j'ai connu les mêmes déboires que toi les premiers jours. Je tombais tout le temps et mon principal sport était de remonter.

Mon mec de 21 ans (j'en avais 19) était franchement doué, c'est lui qui m'y a mise. Mais le blem, c'est que je me raclais tout le corps avec le polystyrène rapeux.

Et comme j'étais coquette, je voilais seins nus en mini bikini : la nuit, mon mec ne pouvait plus me toucher.
J'ai fini par abandonner. Je n'ai jamais reessayé.

Les deux seuls sports que j'exerce sont la natation en piscine (y'en a une olympique à 5 mn de chez moi) et la danse (dans un club de Salsa à côté de la piscine, ou chez moi, devant la télé, avec un casque sans fil pour pas déranger les voisins).

Mais ce que je préfère comme sport, c'est tout de même faire l'amour. La nuit avant de dormir et le matin au réveil.
Ca muscle doucement. Ca détend. Mes cheveux bouclent joliment car je transpire et mon visage reste lisse 24/24.



PS pour les lombalgies : As-tu essayé de changer de matelas ? Je t'en parle car j'ai connu le cas. Y'a deux ans, je me suis mise à souffrir atrocement du dos, des lombaires, un enfer.
J'ai cru que je nageais trop, la brasse, tête hors de l'eau, très cambrée, dix longueurs en 20 mn... J'ai arrêté la natation mais les douleurs persistaient. Elles étaient épouvantables le matin, puis se calmaient dans la journée.
J'ai fini par comprendre que mon matelas, neuf, était trop dur (très cher, ressorts ensachés : 500 euros).
J'en ai acheté un autre plus souple, en mousse, bon marché, un Dunlopillo à 169 euros.
En moins de trois nuits, mes douleurs lombaires avaient disparu !!!

Je n'ai plus jamais eu mal au dos (ça fait un an).

Docteur,

j'ai eu ma première lombalgie à 32 ans en souleavant une batterie de voiture dans une mauvaise position me mettant en porte à faux.

je suis resté bloqué une semaine où le passage de la station couchée à assise mettait 2 minutes.

Puis les lombalgies sont revenues pour un rien.

les radios montraient un tassement du disque entre L4 et L5 : 4 mm au lieu de 8 mm.
Diagnostic trop de sauts en gymnastique et en parachutisme.
Crises tous les 6 mois, donc.
5 ans de pratique intensive du roller a tout fait disparaitre.

J'ai un matelas assez dur.
je ne supporte pas les matelas mous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faire crisser la planche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire crisser la planche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faire disparaître les pores voyants...
» Que faire avec des coings ?
» Comment faire une croix pour indiquer le décès
» Voilà un gars dont ses descendants vont rigoler pour faire sa fiche généalogique
» Que faire de ma lavande?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Kti :: Bienvenue chez Kti :: Ici on raconte sa journée-
Sauter vers: