Chez Kti

Ici on est cozy, au chaud de notre ordi et on parle de tout.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Trous de mémoire : La famille II

Aller en bas 
AuteurMessage
Eve



Messages : 396
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : Courbevoie

MessageSujet: Trous de mémoire : La famille II   Dim 16 Oct - 19:03

Ne plus venir chez moi signifiait qu'il fallait que je me rende chez lui, dans le cinq pièces où il vit seul.
Or...
L'état de dégueulasserie de cet appart de 100 M2 dans le seizième arrondissement de Paris n'est même pas résumable.

Deux salles de bain, un cabinet indépendant, NOIR de merde incrustée depuis des âges... Une cuisine repoussante, pas un verre propre, pas une assiette digne de ce nom... Des tas de sacs en plastique empilés les uns sur les autres dans un angle du plan de travail.
Du calcaire et de la moisissure partout ! De vieux journaux à même le sol dans le salon, des piles et des piles de Figaro. Dans les quatre chambres, un monceau de balles de golf et de tee, récoltés de-çi, de-là sur les greens.
Cet appartement, quand je m'y suis rendue début 2007, j'ai failli en vomir.
Impossible d'y faire pipi, d'y boire un coup.
Le frigidaire ? Une infection ! TOUT y était pourri, il sentait le cadavre, la souris morte. Les légumes baignaient dans leur bac, verdâtres, purulents.
Ah la putain de découverte !
Un pauvre homme livré à lui-même depuis des mois, voire des années.
Loin de me douter. Je ne fréquentais plus ma famille.

Ma mère lui tire des chèques tous les mois, elle le reçoit chez elle, ne met plus un pied dans le seizième depuis
des années (27 pour être exacte).
Ils sont séparés de corps depuis 27 ans car il lui paie deux résidences : la maison de Campagne à Fontainebleau, dont elle profite de l'usufruit, et un pied-à-terre à Paris qu'il loue pour elle.
Moi, quand j'ai commencé à foutre mon pif dans cette affaire, le pauvre mariolle de père et la, la...
J'ai pas de terme immédiatement sous le coude.
Mon frère Pascal et moi avons découvert le pot-aux-roses à l'occasion des deux malaises de papa dans la rue
en mars et mai 2007.
En mars, il est tombé en traversant mais l'hosto l'a renvoyé chez lui. En mai, ils ont décidé de le garder six semaines, pour faire le point.
D'abord en cours séjour, puis en long.
Le premier mai, je suis passée le visiter et lui apporter du muguet (car c'est le seul homme, qui tous les ans,
m'en offrait, sans faillir) et une salade de fruits car il disait manquer singulièrement d'appétit. J'y ai revu ma mère, il semblait très fatigué, le teint cireux. Pas rasé depuis plusieurs jours, barbu de blanc, dans son appart puant, un vieux peignoir usé sur ses épaules, les couilles à l'air, ses pieds dans d'immondes charentaises trouées. Un angle de son canapé en cuir était déchiré, on voyait la mousse s'en échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trous de mémoire : La famille II
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille DIOR
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» Trou de mémoire !
» Les noms de famille de l'Orne
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Kti :: A lire :: Romans-
Sauter vers: