Chez Kti

Ici on est cozy, au chaud de notre ordi et on parle de tout.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une semaine en Provence (août 2008)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 10:32

La mousse à raser ? La goutte d'eau !

Je leur crie dessus un bon coup, y'en a partout dans la salle d'eau.

Marie est gondolée et je l'aurais volontiers tuée.

Je m'endors avec difficulté (les cheveux mouillés), dans les bras de Thierry, volontairement privée de ses caresses nocturnes.

Saleté de vacances !

On se réveille à trois du mat, à cause de la chaleur. Notre clim s'arrête régulièrement, la faute aux gosses situés dessous ?
Ils l'éteignent ?

Grrr...

Sur la terrasse, devant un verre de rosé (qu'est ce que je picole ici !), Thierry me rassure : l'an prochain, on part seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 16:23

Mardi 12

Grand beau temps ce matin.

La salle de bain est inondée : Mat l'a débarrassée de la mousse à raser mais à grands jets de flotte. Thierry fulmine. Enfin, à sa façon, très discrètement.

Il retrouve vite sa bonne humeur lorsque son pote Stéphane, restaurateur à quelques kilomètres d'ici, passe nous prendre en voiture pour nous conduire jusqu'à l'intermarché de...
Il faut remplir le frigo. Famille nombreuse qui bouffe à donf.

J'envisage d'y acheter aussi quelques joujoux de piscine (matelas pneumatique, ballon...)

Le caddy est rempli en cinq/sept (je pousse derrière) grâce à la liste méticuleusement rédigée par Thierry.
A l'aube.
Il est fou ce mec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 16:59

J'ai mal au dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 21:00

Retour pour l'apéro avec Stéphane. Le soleil tape.

Les enfants gloussent dans la piscine, tout contents de nos achats. Je ne tarde pas à les rejoindre, une fois cuits les oeufs durs et le riz de la salade niçoise prévue pour le déjeuner.

Thierry a cloué le bec de la télé : il ne regarde plus que les images des JO, j'suis satisfaite que le message soit bien passé : VACANCES !

On bronze, on se baigne, on déjeune délicieux, on retourne se baigner et on sympathise avec le couple qui vit dans le bungalow attenant au nôtre.

Charmante, Brigitte, souriant, Manu, très jolie, la petite Clara de neuf ans et demi, qui copine rapidement avec Marie.
(D'autant qu'elle est venue de Lille avec une grosse baleine amphibie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 21:01

Je ne sais pas encore que je vais bientôt mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 21:18

Monopoly dès que le soleil décline. Thierry gagne sur les enfants. Même si je suis la partie avec attention, je ne lance plus les dés.

Pétanque à quatre.
Marie l'emporte 10/10, suivie de Mat et Thierry (8/10).
Je perds avec le sourire (7/10).

Je sais qu'une soupe au pistou est prévue pour le dîner, confectionnée des blanches mains du cher voisin Stéphane. Il a également pensé au "rapé", comme il dit.
Hummmmmmmmm ! Et melon en dessert, offert par la maison aussi.

La soirée s'annonce fun, ils passent "Benzaï" à la télé, avec Coluche et Valérie Mairesse, film que j'ai déjà vu deux fois mais qui me fait rire à chaque fois.

Dommage, sitôt le repas englouti avec appétit (quel régal, la soupe au pistou, croutons à l'ail, "rapé"...) j'aurais souhaité digérer sur le canapé du salon, qui est, malheureusement, également, le lit de Marie.

Or elle voit un inconvénient majeur à m'y recevoir. Thierry douloureusement assis sur une chaise derrière la table, je me subis les foudres de ma fille qui ne veut même pas m'accorder un bout de coussin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 21:26

La suite, plus tard, j'ai un malaise.

Pas mangé depuis mon retour, du tout.

(deux abricots)

J'espère pouvoir finir.

A Plus

Je veux plus vivre. Mais j'espère pouvoir finir mon récit.
Pas sûr.

Thierry m'a salement quittée et j'en ai marre des hauts, des bas.

Ce genre de type est criminel.
Faudrait les empêcher de nuire, faudrait les enfermer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 22:23

Non, je vais pas mourir, mais j'ai vachement de malaises. De l'hypoglycémie, je crois.

J'en avais déjà là-bas, au mas Jaro, j'en ai tout le temps, que je bouffe ou pas. J'en avais avant de partir.

Faudrait que je consulte parce que ça me pourrit la vie.
Et Thierry n'arrange pas les choses.

J'en ai depuis lui, en fait.
Il est très fatigant.

Il est tuant. Faut être à sa dispo 24/24. Il appelle dix fois fois par jour, faut répondre. J'suis effarée du nombre de mess qu'il laisse sur le répondeur.
Tu réponds pas, il insiste dix fois, c'est énervant si t'es aux chiottes ou en cuisine.

Puis il te largue quand il est pas content (les deux fois : je ne souhaitais pas dormir avec lui).
Les deux fois pour la même raison : j'ai refusé de dormir deux nuits de suite avec lui.

Parce qu'il faut dormir toutes les nuits avec lui.

Eh ben moi, désolée, j'ai besoin de mon indépendance.
Après dix coups de fil "tu vas bien ?" , il m'arrive de chercher le silence.

Et hop, Monsieur me largue, Monsieur me boude, Monsieur me prend pour une corvéable à merci ?

Dans un sens, à chaque appel, je sursaute (et mon coeur trinque : dring ! dring ! dring ! dring ! dring ! dring !....... INSUPPORTABLE)
Dans l'autre, il répond pas. Sur répondeur, il boude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Jeu 21 Aoû - 22:41

Ce mec m'a rendue malade comme il a rendue ses deux précédentes femmes malades.

J'en veux plus.

Casse-toi de là, définitif.

Tu fais le gentil mais tu pues, la suite de mon récit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 0:17

Vachement chiantos, le mec, ah quelle semaine de merde !!!

Collé sérré, pas une seconde de répis. Je me lève à cinq heure pour écrire et le voilà dans mon sillon.

Je fume une clop et je remonte, me dit-il.

Non, merde ! Fume la de loin...

Je m'allonge sur le transat, le voilà qui débarque...
Je me plonge, il se plonge.

Collé, collé et à la rentrée, il me sort :

"Je t'aime plus".

Hihi.

Ah je me marre, port'na ouak cette histoire !

Ah qu'est ce qu'il ma saoulée pour mieux m'abandonner.
JE DEtESTE CE GENRE DE MEC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 15:35

Je reprends mon récit :

Thierry douloureusement assis sur une chaise derrière la table, je me subis les foudres de ma fille qui ne veut même pas m'accorder un bout de coussin.

J'enrage ! Elle se prend pour qui, cette gueuze, du haut de ses vaillants onze ans ?
Elle ose laisser les vieux (52/47), qui l'ont dignement nourrie, digérer pliés en deux sur des chaises en paille provençale !
Elle exagère !

Après trois réflexions :
"Pousse-toi, maman !"
"Ne touche pas à mon oreiller !"
"Tu fais QUOI sur MON lit !",
je me casse pour rejoindre mon antre sans intimité et du coup, vu qu'il y a pas de porte, me retrouve à suivre la fin du film à l'oreille.

Ah, elle abuse ! Ah elle m'énerve ! Ah quelle enfant gâtée pourrie !

Je gueule un peu dessus, du haut de ma mézannine sans intimité.
J'entends Thierry, stoïque, la défendre.
"Ce n'est qu'une petite fille, une petite fille de onze ans !"
"Pas une excuse !"
"Une petite fille sans père !"
"Pas une excuse !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 15:45

Je l'entends rire aussi, Thierry, je rate encore un truc sympa à cause de ma fille !

Désolée, mais elle devait m'accorder le canapé. J'en démords pas. Deux plombes sur une chaise en paille ? C'est quoi cette éducation là ?
Et de quoi se mèle-t-il ? A prendre ainsi partie pour ma fille ?

Il monte me rejoindre à "The End".

Nulle envie de son corps.

Je descends calmer mon exaspération sous le jet d'une douche salvatrice. Marie s'est endormie, j'entends d'en bas Thierry ronfler. Il ronfle vachement.
Il ronfle vachement, toutes les nuits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 15:48

c'est pour cette raison-là que je suis crevée, je crois.

Il ronfle tellement fort que je me réveille toutes les heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 16:01

Mathieu ne dort pas.
Alors on se tape la discut une bonne plombe.

Il est vraiment relax, mon Mat !

Philosophe et de bons conseils.

Je m'endors apaisée après avoir rapidement niqué mon bonhomme à moitié endormi.

J'en ai plus rien à foutre, notre histoire sent le sapin, je ne le trouve même plus beau.

Non, je pense à mon père, je pense à ma mère, à mes trois enfants que j'aime.

Le dernier malaise du supermarché me dit que j'suis mal avec ce type.
Pas heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 20:59

Mercredi 13


Très belle journée, dont je profite dès 9 heures. J'écris sur la terrasse, croise et recroise nos charmants voisins, qui ont un chien super (un Lhassa) mais qui leur pose problème car il ne s'entend pas avec les deux labradors du propriétaire des lieux.
Le pauvre reste donc enfermé du matin au soir, on l'entend couiner à travers la cloison, ça fend le coeur.

Mat fonce s'amuser dans l'eau (à 26 degrés) dès 9 heures 30. Bientôt rejoint par sa soeurette Marie-Cha.
Il tient à profiter car il nous quitte à 13 heures, un taxi passe le prendre pour l'accompagner à la gare direction Genève, où il retrouve son oncle Bernard.

Désolée de le voir partir, même s'il trempait régulièrement la salle de bain.
Les enfants partent, ils partent tous et c'est normal et faut s'y faire.

Il ne faut pas pleurer, il ne faut pas tremper la salle de bain de larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 21:07

Vachement cool, Mat, bien dans ses tongs, rigolard, heureux, gentil, serviable, l'art d'arrondir les angles.

Je ne sais pas que je vais tomber.

Mon mec, atroce, mon mec, ma saleté de mec....


Je vais tomber à cause de lui mais je poursuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Ven 22 Aoû - 21:20

La présence de Mat m'apaisait ici, au Mas Jaro.
Car j'avoue que j'ai un mal fou à m'adapter.

Thierry m'offre "des vacances de rêves", il banque tout, pense à tout, toujours égal d'humeur, actif, le pain frais le matin, les courses au carré, à peine j'ai bu un verre qu'il le lave.
Des "Ma chérie", "Mon amour", à foison.

Et pourtant, je me sens oppressée. J'ai raison, il y a une raison.

Personne ne m'embête (hormis Marie quand elle pique ses crisettes), je fume quand je veux, je bois de la bière et du Pastis quand je veux, du vin rosé à table.

Je mange bon (ma cuisine).

Mais y'a un truc qui cloche. Dans ma tête. Je prévois, je le sais un gros caillou va me tomber sur la tête. J'suis pas tranquille, je le sais.

Putain, c'est pas la mort mais un autre truc que je ne situe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Sam 23 Aoû - 12:32

J'ai jamais aimé les vacances, ça me fait le coup à chaque fois.

Je ne partais plus depuis cinq ans mais là, j'ai cédé pour Thierry et surtout pour Marie.

Même dans les meilleures conditions, j'angoisse. Parce que je ne suis pas chez moi ? Mon p'tit confort me manque ?

Ici, la télé est trop petite, on n'a pas toutes les chaines (seulement 6). Ici, y'a pas de porte entre le salon et la chambre des parents, et on doit tous vivre au même rythme, dormir à la même heure, nager à la même heure, il faut attendre que les enfants se soient assoupis pour faire l'amour, du coup, on le fait plus, l'amour, ou mal, bâclé.

Cette ambiance familiale, les uns sur les autres, met mon désir pour Thierry en veilleuse.
J'étais si chaude avant le départ !
J'étais si chaude depuis un an !
Je ne me reconnais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Sam 23 Aoû - 12:45

Thierry reste pourtant séduisant, j'suis fière de lui quand il se promène en boxer short autour de la piscine. Il crawl bien, il bronze bien, il est magnifique de prestance, d'humour et de gentillesse, avec tout le monde.
Très patient avec les enfants.

Il me fascine mais je mouille peu, j'sais pas pourquoi.
Je le vois avec d'autres yeux, type "pater familias", mon nouvel homme.

J'aimais mieux Apollon, dès le réveil, à Paris ou à Courbevoie, j'avais envie de lui. Rien que de regarder ses mains, je le voulais. Je les voulais sur moi, je salivais, je le voulais en moi.

Ici, en Provence, il ne se passe rien.

Il nettoie tout le temps et quand il joue avec les enfants, je suis jalouse. Je devrais m'en féliciter, je devrais savourer qu'il s'occupe d'eux ainsi, mais on dirait qu'il me voit plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Sam 23 Aoû - 13:11

Mathieu nous quitte à treize heures. Snif.

Grand vide soudain.

Piscine. Le soleil tape à donf, j'ose le deux pièces, bronze mon ventre, j'ose le topless sur le matelas dans l'eau, d'un seul côté (je bronze mon dos) car Thierry ne veut pas que je montre mes seins, ça fâcherait la taulière.

J'sais pas exactement ce qu'il fout, les JO, très probablement.

Pétanque vers 19 heures. Je gagne. Ma première partie victorieuse (10 contre 8 pour Marie et 3 pour Thierry).

Coup de barre.

On bouffe, mes patates sautées à l'ail sont sublimes mais les steacks hâchés immangeables. Trop longtemps restés dans le frigo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Dim 24 Aoû - 13:53

Et cette angoisse foncière qui ne me quitte pas. J'ai peur des huissiers, je dois 1600 euros à la copropr. Qu'est ce que je fous en vacances ?

Faut que je trouve du taf ! Je perds mon temps ici, à glander au soleil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Dim 24 Aoû - 14:05

"Tu te regardes trop le nombril", dit ma petite voix intérieure (ma voix off, celle de "Secret Story".)
"Oui, je regarde présentément mon nombril", lui réponds-je. Voir s'il a bien bronzé.
Le mal que je me suis donné aujourd'hui pour y parvenir ! Un deux-pièces, tu réalises ? Malgré mes plis sur le bide ?
"On les voit pas tes plis !"
"Si, si, assise, c'est une horreur !"
"Tout le monde a des plis assis !"
"M'en fiche des autres, j'aime pas mon ventre, mes trois grossesses l'ont esquinté, et pour le nombril, tu repasseras !"
"Je parlais du nombril que tu as dans la tête".
"Pas un nombril, MADAME, un narcisse".
"Ce qui revient au même".
"Soit. Je ne m'aime pas, que veux-tu ?"
"Aime-toi ! Détends-toi ! Baise !"
"Ici, on ne peut pas. Les voisins, les enfants... J'ai pas le droit de crier, or je ne sais baiser dans le silence."

(Et je dois 1600 euros à la copropr et j'ai peur des huissiers).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Mer 27 Aoû - 16:13

Je ne raconterai pas la scène que je lui ai faite mercredi 13 avant de dormir. A midi, il a parlé d’accompagner Marie chez le coiffeur, pour raccourcir ses cheveux. Il les trouve trop longs.
Non mais, de quoi me mêle-je ?

Il a même ajouté qu’il était prêt à la reconnaître. Ben tiens !
Déjà, le coiffeur, il ne passe pas (mal), mais la reconnaissance ! De quoi ?
De dettes ?

Son père a abandonné Marie qu’elle avait pas quinze jours dedans mon ventre. Sa marraine a abandonné Marie, sa filleule, quand elle s’est mise en ménage avec un certain Serge, photographe de son état.
Ce mec, il veut la reconnaître pour mieux l’abandonner, quand il en aura assez de baiser sa mère ?

Je m’y oppose formellement. Et le coiffeur itou ! Pour couper dix centimètres de cheveux, à cause des pointes, un ciseau de cuisine suffit. Je lui coupe moi-même les pointes tous les ans. (Sauf cette année car ce mec me bouffe tout mon temps, je ne vois plus mes enfants).
Je refuse que Thierry s’occupe de trop près de Marie, je ne veux pas qu’il lui donne l’espoir d’un beau-père.
Depuis notre rencontre, je doute de lui. Je le trouve trop “mielleux”, trop “accro” pour être honnête. Quelque chose me le dit.
Vrai qu’il m’aide beaucoup dans mes démarches administratives, parce qu’il m’accompagne partout en moto, mais je sais prendre le métro (ou le taxi). La moto, certains jours, je flippe grave de me retrouver dessus. On part de chez lui et j’ai l’estomac noué, comme un sombre préssentiment.
Vrai qu’il nettoie beaucoup chez moi, mais ça relève de la maniaquerie. Chez lui, un verre ne traine pas plus de dix secondes sur une table. On me dira que c’est une qualité, pas sûr.

Je me souviens de ma mère qui nous interdisait le salon, fallait pas que les enfants y entrent, pour qu’il reste propre pour les invités, or y’avait jamais d’invités chez nous ! Interdiction de cuisine aussi, je n’ai appris à faire la bouffe qu’à 19 ans, quand je me suis installée avec mon premier fiancé. J’avais droit de toucher à rien, le plan de travail était recouvert de papier journal (élégant) et comme ma mère ne supportait pas les traces de doigts sur la poignée du frigidaire, elle l’entourait de sopalin maintenu par un élastique (élégant).

Toute mon enfance, je me suis sentie cloitrée entre ma chambre et les chiottes-room, dans lesquels elle m’imposait de finir mes repas quand j’étais trop lente à table. La propreté extrême m’effraie, c’est un vice à mes yeux et pendant ces vacances, j’ai beaucoup vu Thierry torchon ou serpillère en main.

Tant mieux, moi je fous rien, c’est propre. Il s’active avec plaisir pendant que je bouquine mais j’ai peur de ce que celà sous-entend. Il ne supporte pas une miette par terre.
Comment peut-il supporter la grosse miette que je suis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Mer 27 Aoû - 18:53

Jeudi 14

Grand beau temps encore aujourd’hui, donc piscine dès 10 heures.
Quelques brasses.
Bronzing, mon homme allongé à mes côtés, qui lit ma presse people.
On s’embrasse de temps en temps mais beaucoup moins qu’à Paris.
Je m’emmerde vraiment ici.

Salade de pommes de terre pour le déjeuner.
Sieste crapuleuse. Ouf ! Enfin un bon coup long.
Au réveil (19 heures), je pique une tête dans l’eau car je me sens flagada et une “pizza partie” est prévue par le taulier à 19 heures 30.
Je ne sais pourquoi Thierry tente de m’en dissuader :
“Ca va commencer.”
“Dans une demi-heure”, je réponds.
“Tu vas te tremper”.
“ Je me rincerai”.
“Comment sècheras-tu tes cheveux ?”
“Je les mouillerai pas”.

Je ne comprends pas pourquoi ça le défrise que je brasse dix minutes. Le RV du taulier est dans le pool house situé devant la piscine. Je ne lâche pas le groupe, juste je nage car un peu nébuleuse. Il est chiant à me fliquer comme ça, je fais ce que je veux, bon Dieu ! Ah qu’il est chiant avec ses regards noirs !

Après ma douche, tout sourire parce la baignade m’a fait un bien fou (m’a réveillée), je les retrouve debout, qui attendent que la taulière lance le feu. Il en manque (Manu et Brigitte) mais le gros de la troupe est là.
Je complimente Armelle sur son rouge à lèvres. Janick me complimente sur ma tenue fuschia : corsaire, débardeur, tongs et longues boucles d’oreilles assorties.

Je me sens jeune et jolie. Pas du tout amoureuse, en revanche.

On s’installe comme pour le pot de bienvenue autour de la grande table rectangulaire en bois ancien style réfectoire de couvent. Dessus, reposent de petites bouchées de pâté en croûte, des bouteilles de rosé, un pichet d’eau pour le pastis.
Curieusement, nous nous plaçons quasi pareil que la première fois. Bizarre comme les habitudes se prennent vite.
Les gamins à gauche, dans le même ordre. A droite, les deux couples sans enfants : Christian et Armelle face à Claude et Florence.

Assise à côté de Thierry, je me retrouve en face de Janick, Christian numéro 2 et son épouse Babette, toujours souriante et vive.

Le couple Brigitte et Manu ne tarde pas à nous rejoindre, en bout de table à gauche.

Les conversations vont bon train mais je ne sais pourquoi Thierry me lance des regards accusateurs. Parce que je parle trop ? Parce que je parle trop de moi ? Parce que je parle trop vite ? Parce que je suis trop familière ?
Du coup, je me décale d’un siège : Marie nous sépare maintenant, aucune envie de roucouler avec un type au regard sans indulgence.

Depuis la baignade, Thierry m’énerve. On dirait qu’il me cherche or je n’ai rien à me reprocher.
J’suis comme ça, volubile, extravertie et il le sait depuis notre rencontre (je rappelle que je l’ai abordé au resto, en lui gueulant dessus).

Les regards qu’il me lance ressemblent à ceux des pères qui surveillent leurs enfants.
Ils ressemblent à ceux de ma mère, toujours à me sous-entendre que je me tiens mal en société.
Ben oui, peut-être, mais je mets de l’ambiance, au moins, je suis pas “cul-serré”, et Janick semble avoir le même type de personnalité. Tant que je ne choque pas la taulière, de quoi se plaint Thierry ?

Pause clop, obligée de fumer dehors.
Manu m’y rejoint bientôt, on est les seuls fumeurs, les “pestiférés”, on s’en gausse. Le premier pastis aidant, on part dans un délire “voisins”.

Je raconte mon Trouduc du rez-de-chaussée, sans gêne au possible, et “ma” Ginette, la voisine de palier à moitié folle qui a perdu son fils du sida et qui, pour payer son loyer, s’est mise à héberger des SDF.
Un après-midi, l’un de ces colocs peu fréquentables a sonné à ma porte pour me demander de l’aide. “Ma” Ginette, allongée sur la moquette de son salon, semblait avoir perdu connaissance. Nenni, elle cuvait, tout simplement. Elle avait chuté de son canapé.
“Elle tombera pas plus bas, j’ai dit, inutile d’appeler le SAMU.”

A partir de ce jour-là, le mec peu fréquentable n’a pas cessé de sonner à ma porte. Il puait le vin en permanence et son sourire dévoilait de magnifiques chicots. Alors j’ai plus ouvert.
Un soir, il suppliait mais je suis restée inflexible. Le lendemain, ça sentait le caca dans mon entrée et on a vite fini par comprendre, Marie et moi : ce con avait déféqué sur le palier et soigneusement caché son étron sous MON paillasson.
Il a disparu une nuit, je l’ai vu par la fenêtre de la cuisine embarqué dans un fourgon de la police, menottes au poignet, derrière son dos.
Je raconte l’histoire à Manu et on se fend réel la poire. On rigole, on rigole ! Il en a de bonnes aussi.
Quand il s’installe derrière le barbecue, parce qu’il a été nommé d’office pizzaïolo, je reste à ses côtés car d’une part, il me fait bien rire, de l’autre, dehors, je peux fumer. Et pis j’ai pas envie de passer ma soirée autour d’une tablée que je ne “sens” pas.
Thierry semble me juger, je n’aime pas ses yeux ce soir et même ma fille m’a balancé au moment de l’apéro :
“Maman arrête, tu parles trop de toi !”

Je gêne mon mec ? Je gêne ma fille ? Eh ben j’me tire fumer dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   Mer 27 Aoû - 19:04

Roland, le taulier, étale la pâte dans sa cuisine américaine, puis la garnit selon les commandes qui lui parviennent par sa femme Janick. Florence livre la marchandise à Manu qui l’enfourne.

Puis la pizza revient à table, Manu se débrouille bien, elle est cuite à point, au feu de bois. Je lui tiens compagnie. Faut le soutenir, ce pauvre voisin dédié, la soirée entière, aux fourneaux. On rit, on rit, comme des chenapans.

Et bien évidemment, Thierry sort régulièrement de table pour m’intimer d’y retourner. Or moi, j’ai pas envie, je m’amuse, je suis gaie, il me préfère en larmes ? Il m’énerve, il m’énerve, à me flicker ainsi avec ses regards réprobateurs ! J’ai plus dix ans BDM !!!

Il est entouré de femmes et je m’en offusque ? Bien sûr que non ! J’ai totalement confiance en lui ! (A tord, peut-être).

A la dernière pizza, la mienne (tomate, mozzarella, champignons), je retrouve ma place parmi tous, déguste, encore un verre de rosé et je me marre avec les autres, partie sur ma lancée, très détendue, repue.

Et mon connard de mec, qui devrait pourtant se réjouir de mon joyeux retour, continue le plan des oeillades noires. Il me file même de petits coups dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une semaine en Provence (août 2008)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une semaine en Provence (août 2008)
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Semaine internationale du portage => code promo ;-)
» Royal Rumble 2008
» Calvi 6 et 7 juin 2008
» Les menus de la semaine
» Brest 2008, nous y étions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Kti :: Bienvenue chez Kti :: Ici on raconte sa journée-
Sauter vers: