Chez Kti

Ici on est cozy, au chaud de notre ordi et on parle de tout.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LE LOFT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: LE LOFT   Dim 14 Oct - 20:41



Elle ne l'avait pas revu depuis un an et le découvrait là, assis, cheveux à ras, costume de Doc (propre, net, col blanc, ongles soignés) avec un truc en plus, son maintien, puisqu'il avait l'air adulte maintenant, et quelque chose en moins. Ses yeux qu'elle avait toujours trouvés provoquants ne regardaient plus en face.

Elle n'en avait fait qu'une bouchée. Elle avait subi la sentence, incrédule, la garde revenait au père, dans l'intérêt des enfants. «En outre, l'avait gentiment rassurée le juge, elle-même, Virginie alias Barbara gagnerait tout à décrocher... Le fond d'incertitude qui planait sur les gosses ne pouvait pas leur profiter. Ils avaient besoin de la stabilité d'un vrai foyer. Elle-même, madame, vous, convenez-en de bonne foi, ne pouviez pas rester dans cette situation... Je suis sûre que vous méritez bien mieux et n'est-ce pas vous soulager que de vous décharger un temps d'une progéniture encombrante et qui a besoin de soins ?... Vous verrez... Une fois passé le mauvais cap, quand vous serez tirée de cette vie marginale, vous me remercierez... Alors, vos enfants pourront être fiers de leur mère !»

Virginie avait abondé en ce sens, salué le juge, félicité le serpent de l'accusation. Adossée à une colonne (Ah ce lieu !... Quelle noblesse !...), elle avait vaillamment signé un premier chèque de 3000 euros à maître Titan.
Vincent ne la quittait pas des yeux. A peine l'avait-il reconnue, plus femme, si belle dans son rôle de mère écorchée et à l'instant si vénéneuse, l'instant d'avant puisqu'il ne pouvait plus rien craindre d'elle, à présent effacée entre le géant du cirque Barnum et l'avocat véreux d'Hitchcock. A peine l'avait-il vue qu'il eut envie de la prendre. Ici, contrite ou rebelle il prenait. Ailleurs, mais maintenant, il la voulait. D'autres que lui ne s'étaient pas gênés. Il était son mari, tout de même. Il l'avait attendue à la sortie, avait galamment proposé de la raccompagner. Virginie avait décliné. En revanche, elle pouvait l'inviter à dîner, ce soir, au loft. Elle laisserait les enfants à Marika.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: LE LOFT   Dim 14 Oct - 20:45





Il ne reconnaît pas tellement c'est mieux. Il est venu avec des fleurs, les petites roses que Virginie préfère, rassemblées en un magnifique bouquet multicolore. Il a troqué le costume de doc contre un jean' et une chemise Lacoste. Elle n'a pas besoin de se forcer pour le désirer. Elle sert un premier verre. Elle sait qu'il apprécie par dessus tout le Glenfiddich de 12 ans d'âge... A moins que ses goûts n'aient changé... Non ?... Elle se dose un vodka-orange sans vodka. Dans la cuisine patiente un veau Orloff aux légumes jardiniers, patates, carottes, oignons nouveaux. Dans le living, au centre de la table huit couverts, parée pour la circonstance d'une nappe brodée et blanche, une salade niçoise prend l'huile d'olive. Ils ont tout le temps de manger... La salade ne refroidira pas, et quant au veau Orloff, il suffira de le réchauffer.
Virginie sert un second verre. La même chose pour les deux. C'est à ce moment que Vincent se met à parler de lui. Après une bonne vingtaine de silences, lourds de sous-entendus, et quelques commentaires sur la décoration :
— Joli ce tableau, c'est qui ?... Tu as bien fait de mettre ton lit dans l'autre sens, la chambre s'en trouve agrandie...
Il s'est installé à Genève, moins d'impôts (ah bon ?), une opportunité... Il a racheté une clientèle pour un prix dérisoire, il est très bien situé...
— La Suisse, s'explique-t-il, n'a rien à voir avec la France, pour le métier... Genève est une très jolie ville, il faudra venir visiter...
Virginie l'interrompt pour lui servir un troisième drink. Puis elle le rejoint sur le canapé du salon. Il n'a pas voulu croire qu'elle l'avait fait de ses mains. Il caresse la peau de panthère...
— Thomas et Sophie m'ont aidée, se défend Virginie modeste.
Vincent change de sujet. Il se rapproche, ses doigts passent de la fourrure à sa peau. Elle regarde la main qui s'est posée sur elle. Les doigts de Vincent sont magiques. Vincent a de très jolies mains, longues et juste assez grasses. Les éminences charnues, les paumes pleines, avec de beaux circuits bleutés bien apparents sur le dessus. Ses lèvres se sont collées aux siennes. Maintenant, sa langue visite l'intérieur. Virginie se laisse happer. Tout va très vite. Vincent dégrafe les boutons du corsage, fait jaillir les seins qu'il embrasse à pleine bouche, soulève la jupe, écarte le slip, s'en prend à sa braguette, libère son sexe. Virginie s'abandonne et soupire... L'odeur que Vincent dégage lui frappe les narines. Un mélange de vétiver et de sa sueur de mec en rut. Elle reconnaît ce parfum, recherché parmi tous les autres, et jamais retrouvé. Barbara respire, hume, s’enivre, résiste. Elle ferme les yeux, s'en va, revient, n'entend pas ce qu'il lui répète :
— Oui, toi, toi, hum... C'est si bon toi... TOI, TOI !....
Il crie.

Elle l'entraîne sur le balcon, Vincent l'écroule sur le hamac.
Vincent à demi-nu installe sur le hamac de son ex, son ex à qui il a tout pris... Il écrabouille sa vie, ses espoirs, ses gamins, ses vacances et l'idée qu'elle a d'elle... Il l'écrabouille de son corps lourd.
— T'es devenue bonne, lui susurre-t-il... Bien chienne et bien bonne...
Il lui embrasse les cheveux, le cou, les seins, il lui pétrit les genoux, les cuisses, le ventre... Il halète et le hamac tangue.
— Tu la veux quand, ma bite ?... Tout de suite ?... Tu t'en souviens de ma bite ?... Hein qu'elle est belle quand elle se dresse comme ça !... Pour toi ! Tu vois, elle t'a pas oubliée... Combien t'en as baisé, Hein ma salope, des mecs dans ce lupanar ?

Il est assis sur elle, en équilibre instable. Le hamac tangue. Dessous, la rue, tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 3213
Date d'inscription : 28/07/2007
Age : 57
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: LE LOFT   Dim 14 Oct - 20:48



Pauvre Vincent qui dégringole du sixième au rez-de-chaussée.
Un jeu d'enfant.
Il ne se passe jamais rien, une fois la nuit tombée, dans ce quartier tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ktinet.4rumer.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE LOFT   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE LOFT
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Photos du Loft
» Les perles du net
» Jean-Edouard de Loft Story est bi selon Loana !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Kti :: A lire :: Romans-
Sauter vers: